mardi 14 avril 2015

La III ème Guerre Mondiale est pour 2016 : Préparez-vous !...



Pour :

Chroniques reprises, ou citées, aux liens suivants :
-        http://www.cncombattants.org 
-        Et cætera…


CHRONIQUE économique « FINANCES – VERITES » 
N°145


errare humanum est, PERSEVERARE DIABOLICUM

LOI D'A.D.L. MARTIN D. de M.
basée sur celle de POL GARGAM
valant
INCIPIT PERMANENT :

1) L'économie générale est l'ensemble des échanges de travail, biens et services entre personnes physiques et/ou morales,

2) L'économie financière est l'ensemble des échanges de capitaux entre personnes physiques et/ou morales, exprimés en biens ou en monnaies, lesquels peuvent, ou non, constituer les contreparties des échanges de l'économie générale,

3) L'économie monétaire est l'ensemble des flux de monnaies émises ou détruites, constituant, ou non, les contreparties des échanges généraux ou financiers, et possédant obligatoirement les qualités monétaires requises : d'identité rigoureuse, d'inaltérabilité à l'infini, de fractionnabilité et de fongibilité. La monnaie est toujours concrète sans préjuger de ses représentations abstraites, alors toujours convertibles à 100%.

POSTULAT : Toute confusion entre une économie et les deux autres abolit toute validité au raisonnement exposé de n'importe qui, n'importe où et n'importe quand. C'est la raison des trois parties toujours distinctes de cette chronique.

Mercredi 15 AVRIL 2015

Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Vous êtes abreuvés tous les jours de contre-vérités. Vous entendez sans arrêt qu'il faut de la croissance pour créer de la richesse. Pour autant, ni le mot "croissance", ni le mot "richesse" ne sont clairement et précisément définis. Le Gouvernement fait surtout appel à votre imaginaire, à la manière d'un écrivain. Le drame c'est qu'il n'écrit que de la propagande. Aucun rappel du passé, et c'est logique, ni récent ni éloigné. Leur rappel serait, en effet, mortel pour la propagande.

Je suis donc obligé de faire ces rappels, très simples, même basiques, pour mettre à votre disposition, de manière synthétique, mes réflexions, vérifications, recoupements, études, analyses, pour :

« une économie profitable !… »

 
1) Dans l’ACTUALITE économique générale : ECO 1 :

« Une économie générale profitable est stable !… »

La LOI NATURELLE impose à toutes les créatures vivantes, depuis les végétaux jusqu'aux humains en passant par les animaux, de satisfaire leurs besoins généraux sous peine de mort. Il est donc facile de faire confiance aux individus pour trouver tous les moyens de leur subsistance et ceci dans tous les règnes. Aucun besoin ni de lois ni de règlements, sauf très généraux préservant des actes de nuire les plus graves...

Après une période, individuelle et/ou collective, locale ou générale, de conflits naturels destinés à permettre l'aboutissement au statu quo, l'échelle des besoins et des moyens de leur satisfaction est trouvée. Elle l'est en France depuis plus de 3.200 ans, d'abord avec les Celtes, puis avec la civilisation chrétienne depuis 1500 ans. Pour peu que cette échelle empirique suive les rails-guides des DIX COMMANDEMENTS et de la DOCTRINE SOCIALE de l'EGLISE dont le but est le "BIEN COMMUN", les revenus du travail et de l'épargne investie permettent cette satisfaction de tous les besoins.

Pour qu'une économie soit stable, il faut et il suffit que :
- D'abord, l'ensemble de la population en âge de travailler trouve à s'employer : chacun en raison de ses capacités, de sa valeur intellectuelle et professionnelle, et du temps de travail.
- Ensuite, que la somme des emplois soit suffisamment variée, diversifiée, et complémentaire, pour que, toutes spécialités additionnées, l'ensemble des besoins de cette économie soient couverts. Ni plus, ni moins.

La croissance démographique de cette zone économique, définie par des contours territoriaux adéquats, va se trouver naturellement en rapport avec les ressources du territoire car les gens ne sont pas assez fous, quand même, pour se condamner aux problèmes, voire à mort, eux-mêmes. Même s'ils ne comprennent pas tout, loin de là.


Conclusion d’ECO 1 : La STABILITE est la vocation naturelle de toute zone économique. Un pouvoir d'achat de l'heure de travail juste suffisant pour permettre, au minimum, une petite épargne proportionnée, investie immédiatement ou plus tard, permet alors de préparer la maison des enfants, de les établir, les marier utilement. Ils trouveront alors l'emploi qui comblera leurs besoins et ceux de l'ensemble de la zone, dans une croissance équilibrée par les besoins créés. La croissance du PIB ne provoque alors aucune dérive des prix comme cela fut constaté durant les 150 ans des règnes des Rois LOUIS XIII à LOUIS XVI (1 % !).


2) Dans l’ACTUALITE économique financière : ECO 2 :

« une économie financière profitable doit être utile !… »

Un excédent des revenus du travail direct, ou indirect via l'épargne déjà investie dans l'activité générale, peut se trouver véhiculé momentanément dans l'accumulation de monnaie. La monnaie ne rapporte jamais rien. Elle constitue simplement une réserve de pouvoir d'achat. Dans l'idéal, la monnaie doit permettre de racheter de manière identique, n'importe quand, n'importe où, dans la zone économique équilibrée où elle est admise, la même chose, ou l'équivalent, sur une échelle naturelle des prix confirmée par l'usage et maintenue par la sagesse des Aristocrates (= des meilleurs). Les stocks de monnaie seront alors épuisés par la seule satisfaction des besoins individuels et collectifs de consommations et d'investissements. Aucune hausse de prix n'est alors possible, ni souhaitée, ni souhaitable. Seul le travail peut enrichir par sa rémunération sur une échelle des valeurs, simple, confirmée par l'usage, le temps et la sagesse.

Conclusion d’ECO 2 : L'économie financière utile se borne donc à comptabiliser et à fournir des statistiques sur les stocks de monnaie en réserves individuelles et collectives avec, en contreparties, les dépenses de consommations et d'investissements qu'ils permettent... potentiellement. Les flux de monnaies peuvent être étudiés, les stocks localisés. Ils doivent toujours rester entièrement libres. La Liberté est la condition sine qua non de l'utilité des réserves financières de monnaie dans la zone économique générale stable.


3) Dans l’ACTUALITE économique monétaire : ECO 3 :

« une économie monétaire profitable impose le bon aloi !... »

Les usuriers recherchent toujours l'enrichissement sans cause économique générale. Ils n'investissent pas dans l'activité et prétendent à un revenu de la quantité de monnaie prêtée, déconnecté et bien sûr supérieur aux profits qu'ils peuvent en tirer eux-mêmes, à l'instar de leurs débiteurs. C'est ainsi que l'usure a pris, de nos jours, une ampleur jamais égalée dans toute l'histoire de l'Humanité. Charles SANNAT, dans son CONTRARIEN-MATIN du Lundi 13 Avril 2015, citant les statistiques de la BRI : https://www.bis.org/publ/otc_hy1411.htm&m=6%7C32%7C71 chiffre le total des produits dérivés de la finance mondialisée à 691.000 Milliards (691 Trillions) de $US ! Soit 100.000 $US exigibles sur chacune des 7 Milliards de têtes d'humains du nouveau-né à l'agonisant de faim, de vieillesse, de maladie... ! Pour "LE CONTRARIEN-MATIN" du Mardi 14 AVRIL 2015 : "Nous sommes dans la mère de toutes les bulles", citant Hans-Jörg VETTER, le Président de la Landesbank BADEN-WURTTEMBERG allemande ! Et quelle bulle !

La différence entre le revenu de l'usurier et celui de la monnaie investie dans l'activité réelle constitue au bout du compte une création de fausse monnaie. La qualité générale de la monnaie en circulation diminue. Cela équivaut à mettre du fer dans de l'Or, bref à dévaluer l'alliage, transformant une monnaie de bon aloi en monnaie de mauvais aloi. La valeur de réserve de la monnaie ainsi dévaluée, diminue à due concurrence et tend vers zéro. Le travail est donc trompé, l'épargne réelle aussi. Vous trouverez au lien : http://www.horizons-et-debats.ch/31/31_21.htm une causerie sur le sujet émanant d'un personnage étranger, qui résume, encore une fois, mes propres chroniques et articles depuis 45 ans.

Conclusion d’ECO 3 : L'usure commence dès que l'on prétend percevoir un revenu plus élevé d'une quantité de monnaie que ce qu'elle rapporte en réalité, investie dans l'activité générale. L'usure est un VOL ! C'est une escroquerie d'abord intellectuelle qui devient par voies de conséquences monétaires... financière. SAINT-LOUIS IX avait dailleurs pris un édit dans ce sens, stigmatisant la dangerosité des usuriers par le port obligatoire d'une "rouelle" de drap jaune ! Pour que l'économie générale et financière d'une zone stable le reste, il faut et il suffit que la monnaie admise reste impérativement... de BON ALOI.  

LMDM


Ma Conclusion Générale du Jour : L'ECONOMIE générale est comme la Création tout entière : elle tend vers la stabilité dès lors qu'on la laisse libre, tranquille, de s'établir sur des règles de bon sens, naturelles, solides. Tous ceux qui imposent des lois et règlements en quantité industrielle sont des escrocs intellectuels et des fauteurs de troubles économiques. Ils prétendent toujours soigner les conséquences, comme Christine LAGARDE et ses "directeurs" sur le site du FMI, sans jamais s'attaquer à la cause première : la volonté d'enrichissement sans cause réelle et sérieuse, honnête, par l'emploi usuraire d'une quantité de monnaie épargnée laborieusement durant un laps de temps forcément long. Les usuriers veulent aller vite, ils accélèrent le temps en réclamant plus de revenu que de raison, afin de s'enrichir dans le délai d'une vie au lieu de nombreuses générations. Ce faisant, ils dévaluent rapidement le pouvoir d'achat de la monnaie utilisée, spoliant les agents économiques honnêtes. Pour qu'une économie soit stable il faut et il suffit donc de bannir l'usure, cause de tous les malheurs des peuples qui en sont la proie. Les symptômes de la maladie et de son avancée vers la mort des malades, que j'ai souvent traité, sont résumés au lien :

En fait, tout est simple, même si tout le monde s'ingénie à tout compliquer stupidement : la Chrétienté a amené la stabilité depuis 1.500 ans, grâce à la moralité : cette sorte de gendarme intérieur appelé "Conscience". Celle-ci remplaçait avantageusement les 7.600.000 fonctionnaires actuels dont 130.000 gendarmes ! LOUIS XVI gouvernait avec 3.800 hommes d'armes seulement la France de 30 millions de résidents. La moralité est économique dans tous les sens du terme... Quitter la Chrétienté, c'est retourner aux âges sombres de la sauvagerie. La monnaie concrète, de BON ALOI, a garanti le pouvoir d'achat, donc la Paix et la Liberté de circulation des biens et des personnes durant des siècles. Avoir quitté la monnaie concrète, s'être laissé imposer la monnaie fiduciaire de bouts de papiers colorés, en voie de disparition maintenant au péril - je ne dis pas, exprès, au profit - de la monnaie scripturale, a permis aux usuriers d'esclavagiser les peuples du monde. Au lieu de profiter à tous en raison des capacités de chacun, l'économie ne sert plus en 2015 qu'à profiter à quelques uns : les usuriers en chef mondiaux, les banquiers méga-riches, devenus Gouvernants. Au lieu de la PAIX, s'est installée la PEUR, laquelle gouverne plus le monde qu'une monnaie sans cesse dévaluée, devenue simple instrument d'asservissement. Le monde va vers une nouvelle guerre mondiale, entièrement voulue par les banquiers-gouvernants. Les usuriers vont déclencher cette IIIème guerre mondiale en appuyant sur ce qu'ils osent appeler : "le bouton de la réinitialisation" ! Les destructions sont déjà calculées pour remettre la machine économique qu'ils auront détruite... en état de marche. Mais cette fois ce sera uniquement à leur service dans une dictature mondiale effroyable.

Si je me suis tellement sacrifié en 2002, à l'instar de tant de milliers de Français patriotes, pour amener Jean-Marie LE PEN au second tour de la présidentielle, c'était pour une seule raison : nous savions tous qu'il était déjà trop tard ! Nous avons livré bataille en espérant, après Jehanne d'Arc, que Dieu donne la Victoire !? Ou est-elle ? Les 577 du "Bataillon de France" ont tous mordus la poussière... La guerre est pour 2016 ! Préparez-vous !

LMDM

mardi 17 mars 2015

Le soit-disant "ciel bleu" de Manuel VALLS est chargé d'orages :



Pour :

Chroniques reprises, ou citées, aux liens suivants :
-        http://www.cncombattants.org 
-        http://www.echodufrioul.eu 
-        etc…

CHRONIQUE économique « FINANCES – VERITES » 
N°143

errare humanum est, PERSEVERARE DIABOLICUM

LOI D'A.D.L. MARTIN D. de M.
basée sur celle de POL GARGAM
valant
INCIPIT PERMANENT :
1) L'économie générale est l'ensemble des échanges de travail, biens et services entre personnes physiques et/ou morales,
2) L'économie financière est l'ensemble des échanges de capitaux entre personnes physiques et/ou morales, exprimés en biens ou en monnaies, lesquels peuvent, ou non, constituer les contreparties des échanges de l'économie générale,
3) L'économie monétaire est l'ensemble des flux de monnaies émises ou détruites, constituant, ou non, les contreparties des échanges généraux ou financiers, et possédant obligatoirement les qualités monétaires requises : d'identité rigoureuse, d'inaltérabilité à l'infini, de fractionnabilité et de fongibilité. La monnaie est toujours concrète sans préjuger de ses représentations abstraites, alors toujours convertibles à 100%.
POSTULAT : Toute confusion entre une économie et les deux autres abolit toute validité au raisonnement exposé de n'importe qui, n'importe où et n'importe quand. C'est la raison des trois parties toujours distinctes de cette chronique.

Mercredi 18 MARS 2015

Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Nos ancêtres les Gaulois, les Francs, ne naviguaient pas ! Ils croyaient, ces "primitifs" (Sic !) que la terre était plate. Ils avaient donc, fort logiquement, peur de tomber dans le vide sidéral, emporté par leur navire, s'ils avaient l'outrecuidance de "défier les dieux" ! Les Vikings, eux n'avaient pas cette peur, mais naviguaient prudemment non loin des côtes. Ils envahissaient les terres à conquérir par les embouchures des fleuves comme la Somme, la Seine, la Loire, la Garonne, l'Adour et les deux Gaves pour la France. Les Francs répliquèrent alors par la technique dite des "ponts bas" qui interdisaient aux navires envahisseurs de passer dessous...

Mais, au XXIème siècle, tout est changé. Les financiers, banquiers et maintenant les banquiers centraux n'ont plus peur de s'éloigner de la Terre. Ils s'aventurent même dans le noir cosmos avec l'inconscience des fous, oubliant qu'ils ont besoin de l'économie terrestre pour donner une contrepartie à leurs signes monétaires inventés, dont la masse mise en circulation a désormais dépassé le "point de non-retour". Les Banques Centrales occidentales sont parties loin des contingences terrestres, économiques, sociales et politiques, vers l'espace intersidéral de la faillite frauduleuse :

« La MONNAIE décolle sur la TANGENTE globale !… »

 
1) Dans l’ACTUALITE économique générale : ECO 1 :

« Le Social, réticent à l'emportement technologique !… »

La grille des revenus qui m'est récemment communiquée de diverses sources (personnelles, Insee, etc) indique que :
- Le revenu minimum pour vivre dans un logement social serait de 1.424 € par personne et par mois.
- Qu'un Instituteur perçoit 1.600 €, pour instruire les enfants jusqu'au Certificat d'Études, certes quasi-disparu...
- Qu'un Gardien de la Paix perçoit la même chose : 1.600 €, pour être la cible des criminels.
- Qu'un Pompier perçoit : 1.800 €, pour risquer sa vie en sauvant des gens du bûcher.
- Qu'un Médecin perçoit 5.000 € pour soigner les malades et les maintenir en vie de 1 jour à 120 ans...
Par contre, les parlementaires perçoivent autour de 19.000 € et plus. Les membres du Gouvernement au-dessus de 30.000 € avec les "primes" diverses officiellement distribuées en plus !

Mon correspondant en conclut que ceux qui font le plus pour nous touchent le moins, tandis que ceux qui veulent régenter notre vie jusque dans les détails, seconde par seconde, se gavent comme des palmipèdes jusqu'à en avoir les veines du foie éclatées, comme dirait FCDC, parodiant nos éleveurs landais et périgourdins.

A propos de réglementations par centaines quotidiennement pondues, celles ayant permis aux banques d'émettre des cartes plastiques à puces dites "sans contact" ne marche pas. Le public semble en effet tellement méfiant que très peu de titulaires de ces cartes les utilisent... sans contact. La raison semble en être que même désinformés, les gens auraient compris que les banques leur avaient transféré leur propre risque à hauteur de 80 €. Toute dépense effectuée sans contact restant à la charge du titulaire en cas de contestation jusqu'à plus ou moins ce montant, suivant les banques.

Conclusion d’ECO 1 : Elles ont arrangés leurs petits comptes d'exploitation générale (hi ! hi ! Avec jeu de mots !) à leur gré, mais leurs assujettis légalement par les complices du Parlement, après ceux du Gouvernement, ne l'entendent pas de l'oreille droite. Quant à la gauche des banquiers-politiciens, elle est sourde aux cris des suppliciés du peuple !


2) Dans l’ACTUALITE économique financière : ECO 2 :

« un financier refuse de monter dans la fusée monétaire !… »

Jacob ROTHSCHILD, président le RIT Capital Partners, un "TRUST" de DROIT ANGLAIS de 2,3 Milliards de £g vient de mettre en garde l'ensemble des Limited Partners de sa LIMITED PARTNERSHIP, dont Messieurs Warren BUFFET et Henry KISSINGER, dans son rapport annuel (Source : nouvelordremondial.cc du 09/03/2015). Selon lui, "les investisseurs du monde se sont embourbés dans la situation géopolitique la plus dangereuse depuis la seconde guerre mondiale (W.W. II), créant un contexte économique difficile". Il a blâmé "le chaos et l'extrémisme au Moyen-Orient, une Europe affaiblie menacée par un chômage épouvantable, dans une large mesure causé par un manque de réformes de structures dans de nombreux Pays de l'U.E.", suivez mon regard. Il ajouta un commentaire sur "l'agression russe" qui révèle sa compréhension personnelle de la troisième guerre mondiale, révélée officiellement à DAVOS : celle des monnaies. S'il refuse de continuer à rechercher les énormes plus-values à court terme sur les marchés, ce n'est pas par altruisme, honnêteté, soumission au bon sens, ou dévouement au "Bien public" comme moi-même, non, c'est uniquement pour "préserver le capital des Investisseurs" acquis jusqu'ici, justement, sur ces mêmes marchés dont il craint d'évidence la faillite. Avec raison, puisqu'il les connaît mieux que personne. Apparemment, Henry KISSINGER, connut depuis des décennies pour sa diplomatie dite "des petits pas", refuse de décoller vers le vide intersidéral de l'hyper inflation. Il préfère "garder les pieds sur terre" et copier les méga-riches réfugiés frileusement dans des îles, ou des fermes australiennes isolées...

Pendant ce temps, avec une remarquable obstination dans la lâcheté, le Gouvernement pseudo-républicain français refuse toute "réforme de structure" économique et financière. Et je vous livre un "scoop", diffusé de manière pourtant très "transparente" sur le site gouvernemental de "La Situation Budgétaire de l'État", relayé par l'INSEE : le déficit public continue sur les rails de la L.P.F. dont je vous parle depuis qu'elle est promulguée et publiée au J.O.R.F. le 1er Janvier, jour des étrennes. Il est en route vers ses -90 Milliards € annuels, littéralement statufiés. Ce qui fait que "Le poids de l'Impôt" selon le député UMP Jérôme CHARTIER, entendez le total des Prélèvements obligatoires, augmente régulièrement (lien interactif : n'hésitez pas à en utiliser l'interactivité) :

Les peuples de France ont sué, comme dirait RUY BLAS, et dans tous les sens du terme : -90,3 Milliards € supplémentaires depuis... mai 2012. Merci nouveau Président, Merci Premiers Ministres, Merci Ministres, Merci Secrétaires d'État, Merci "hauts" fonctionnâtres, Merci Parlementaires, Merci aussi aux 7.600.000 fonctionnaires et assimilés de VOTRE Ripouxblique, qui jouissez bien trop, TOUS, des structures illégitimes et illégales communistes, pour les remettre, de vous-mêmes, en cause. Merci à tous ! Cela me rappelle DE GAULLE en 1969, expliquant son référendum par le fait qu'il lui paraissait "difficile de demander aux Sénateurs de supprimer eux-mêmes leurs sinécures" en fusionnant le Sénat avec le Conseil Économique et Social. Alain POHER, alors Président du Sénat, a dailleurs déclaré à la télévision, je m'en rappelle comme si c'était hier : "Mesdames et Messieurs, vous allez voter pour un texte, pas pour un homme, et ce texte est mauvais, donc : votez NON !". Ce fut NON. Tout le petit monde des menacés dans leurs rentes et prébendes s'est alors rendormi. Ce n'est pas grave, c'est l'autre moitié de la France qui paye, comme dirait François de CLOSETS dans son livre : "TANT et PLUS !"... Oui, mais voilà, il est impossible de tirer du sang d'une pierre desséchée, 45 ans plus tard !

Conclusion d’ECO 2 : Tandis qu'un grand de la "Finance mondiale" transforme prudemment ses signes monétaires scripturaux en biens réels afin de "préserver son capital", pendant que c'est encore possible, les français envahis, infiltrés, espionnés, agressés, insultés, maltraités, pressurés, désinformés, intoxiqués de propagande, embarquent en masse dans la fusée hyperinflation qui décolle vers une croissance artificielle entretenue à la monnaie-crédit sur le dos de nos petits-enfants. HOLLANDE-VALLS, comme les Dupont-Dupond d'Hergé, assurent que le ciel est bleu et que le soleil brille : "la France va mieux", affirment-ils en chœur. Pourtant, il s'en faut de peu que les résidents dans ce qui fut autrefois la "Douce France", soient bientôt réduits à manger l'herbe des pelouses, transformant les tondeuses en armes dangereuses et donc aussitôt... interdites.


3) Dans l’ACTUALITE économique monétaire : ECO 3 :

« Le moteur-fusée monétaire tourne à la manivelle !... »

Lundi 9 MARS 2015, Lundi ROUGE VIF : la Banque de France commence ses opérations particulières en rachetant 600 millions € d'obligations "publiques". Elle la répétera tous les jours. Cela représente par mois de 30 jours : 18 Milliards €. La France se taille donc, apparemment, la part du lion, sur les 60 Milliards € par mois prévus par la B.C.E. de ce mois de Mars 2015 à celui de Septembre 2016. Ce qui nous amène au total de : 19 mois x 60 Mds€ = 1.140 Milliards € (1,14 Trillion (Tn) !) de "Quantitative Easing (= Assouplissement quantitatif)". "Qu'en termes galants ces choses-là sont dites" ! En fait, comme le souligne de manière elliptique http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/ citant François HAAS, Directeur adjoint des opérations de la Banque de France : ""La Banque Centrale finance (SIC !) ces opérations en créant de la monnaie", par une simple écriture comptable". Comme je vous l'ai déjà expliqué dans de précédentes chroniques, il s'agit de l'inscription à l'actif du bilan de la Banque, ici... de France, d'une créance sur les banques, cédant aussitôt leurs propres créances sur l'État. En contrepartie, la Banque de France crédite les comptes des banques commerciales concernées, ouverts chez elle. Le bilan est équilibré ACTIF = PASSIF. C'est que l'on appelle, depuis que j'en ai eu connaissance dans mes cours à l'ENA-VP en 1973-1976, une opération dite : "LOANS MAKE DEPOSITS (Les crédits font les dépôts)" ! C'est simple ! MAIS...

Un tel supposé "financement", sans actif préalable et disponible, ne conduit qu'à un allongement de l'élastique entre le total du bilan de la banque et ses capitaux propres dont le ratio diminue proportionnellement à chaque "opération". Ce système a montré qu'il mettait les banques communes en faillite au bout de 20 ans (2007/1986), au point de les obliger à se tourner finalement vers cette sorte d'escompte chez la banque centrale. Mais dans le cas de cette dernière, copier ainsi la mauvaise méthode des banques commerciales conduit tout droit à une inconvertibilité extérieure de la monnaie puisque cette croissance de la masse de "monnaie centrale" en circulation s'exécute sans couverture extérieure en devises étrangères ou en matières précieuses acceptées entre Banques Centrales du monde. Cela s'appelle depuis 300 ans et le célèbre John LAW : "faire tourner la planche à billets" ! http://sceco.univ-poitiers.fr/hfranc/systLaw.htm . Mais aussi depuis 1971-1973 avec le dollar US. Cela s'appelle aussi escroquer le Peuple, dont les soldes sont détenus par la Banque Centrale Nationale ! Voici les derniers chiffres connus de moi (Aux vraies sources : BDF, INSEE, BCE) :

1) Au bilan consolidé de l'Euro-système fin DEC 2014 : Capital et réserves pour 94 Milliards € rapportés à un total du PASSIF de 2.208 Mds € soit un ratio de : 4,26 % ! Les "Avoirs et Créances en Or" moins les réserves de réévaluations opérées s'élèvent à la modeste somme de 343,63 - 330,73 = 13,10 Mds seulement ! L'ensemble des billets en circulation M1 s'élève au nominal à... 1.016,62 Mds, soit environ 10 fois celui des capital+réserves+Avoirs et créances, en Or !

2) Au bilan de la Banque de France fin 2013 (je n'ai pas encore celui de fin 2014) : Capital et réserves pour 9,28 Milliards € rapporté à un total du PASSIF de 550,01 Mds € soit un ratio de : 16,9 % ! Les "Avoirs et Créances en Or" moins les réserves de réévaluations opérées s'élèvent à la somme de 68,22 - 52,04 = 16,18 Mds € ! L'ensemble des billets en circulation de la seule composante française de M1 s'élevait au nominal de 102 Mds €, soit 4 fois celui des capital+réserves+Avoirs et créances, en Or ! En 2004, il y avait 95,93 Mds € de billets en circulation pour 3,19 + 34 = 37,2 Mds € soit près de 3 fois. Ces paramètres se sont donc dégradés en 10 ans mais restent meilleurs que ceux de l'Euro-Système dans son ensemble en 2014, en plus en cours de dégradations générales en 2015.

Résultat : depuis un an, le cours de l'euro est descendu contre dollar US, de 1,40 environ fin 2013 à 1,0557 avant-hier Lundi 16 Mars 2015, soit - 24,6 %. L'Euro s'approche donc, comme prévu depuis des années, de la parité avec le dollar US à 1 pour 1. Je note que cela arrange bien les affaires des États-Unis d'Amérique dans la signature imposée par eux du Traité économique EU-USA. La fusion envisagée depuis des années des deux monnaies, avance à grands pas... Comment sortir de là ensuite ? Ce sera beaucoup plus difficile pour un Pays comme la France, mastodonte territorial, économique et social en Europe, et de plus leader politique du noyau dur des 6 Pays de l'ex "Marché Commun" et, du même coup, de la construction totalitaire européenne.

Conclusion d’ECO 3 : Il faut en sortir d'urgence. Curieux, sauf erreur ou omission de ma part, je n'entends plus Marine LE PEN réclamer stupidement que la banque centrale finance "à taux zéro" les dettes de l'État !? En effet, "la voilà satisfaite" comme dirait Sacha GUITRY ! Peut-être pas totalement, car le montage passe encore par la case "banques". Mais à des taux "zéro", voire négatifs, elle n'a plus beaucoup à dire, la pauvre... je plaisante, évidemment. Voilà de facto un crédit ouvert de 19 mois x 18 Mds€/mois = 342 Mds€ pour 2015-2016, qui va sans aucun doute autoriser Messieurs HOLLANDE-VALLS et consorts, à dépenser sans compter : en clientélisme, bien sûr. Les embauches de fonctionnâtres à profusion, les subventions aux copains, aux collectivités locales en faillites vont "VALLS...ées" et, en plus, rendez-vous compte : sans entraver le déficit annuel 2015-2016 cumulé de 180 Mds € tel que prévu, et maintenu ! C'est de la "gonflette" à court terme, et surtout une piqûre de stéroïdes monétaires. En 2017, ce sera un endettement total de la France de... 342 Mds de plus qu'actuellement ! MERCI, MILLE MERCIS, MESDAMES et MESSIEURS les représentants de la mafia sectaire au pouvoir !


Ma Conclusion Générale du Jour : pendant que les banques de particuliers et d'entreprises arrangent leurs petits comptes d'exploitation en transférant tous leurs risques et charges courantes, sans pitié aucune, sur leurs malheureux clients, un grand financier, lui, voit arriver la catastrophe et convertit le plus vite possible les signes monétaires scripturaux de ses associés en bien réels. Sage précaution que tout un chacun devrait imiter. Hier, j'apprenais, par exemple que la BPA andorrane et sa filiale madrilène fermaient leurs portes, son Président en taule pour blanchiment de sous de la mafia chinoise, "plantant"... 15.000 clients européens ! N'écoutez pas les Dupont & Dupond, résidants hyper-protégés de l'Élysée-cloaque et de Matignon l'abscons, car ils vous mentent en prétendant que les choses s'arrangent et que la France va mieux. Comme je vous l'ai déjà expliqué dans de précédentes chroniques, droguer encore plus un moribond déjà archi-drogué à la monnaie-crédit officielle, équivaut à l'euthanasier. Il est vrai qu'ils mettent l'opération à la mode, et pour cause. Le fait d'avoir conduit la BCE d'abord, puis maintenant en supplément, la banque de France, à imiter la technique des banques constitue une traîtrise innommable, conséquence d'une lâcheté coupable et d'une perversion inégalée depuis des millénaires. Vous voilà, nous voilà, tous, gens du peuple, surchargés chaque jour d'une pierre de plus dans notre sac à dos d'esclave. Chaque mois : 270 € de dettes supplémentaires non consenties. Tout d'un coup l'année 2015 devient rouge vif, comme prévu, avec 2.740 € venant s'ajouter aux 31.000 € déjà dus par chacun d'entre nous fin 2014. VLAN ! Vous sentez le poids maintenant ? La pierre annuelle supplémentaire vous brise les reins, hein !? Comprenez-vous maintenant ce que signifie ce "Quantitative Easing (Q.E.)" !? Cela pèse lourd, tout d'un coup, le pseudo "ciel bleu" de Manuel VALLS...