mardi 15 juillet 2014

Changeons les Institutions qui nous enterrent :

CHRONIQUE ECONOMIQUE « FINANCES – VERITES »
N°129

MERCREDI  16  JUILLET  2014


Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Depuis 1976, la « Conférence de la Jamaïque » pointe selon moi l'origine réelle de tout le problème devenu mondial en 2014. L'Etat républicain est devenu en dix ans l'état ripouxblicain, aisément pointable dès 1986. Il ne protège plus les peuples de France. Pire, il les enchaîne aux bancs de rames des trirèmes oligarchiques financières. Les usuriers professionnels euro-anglo-israélo-saxons fouettent les esclaves qu'ils lui ont acheté pour rien. Car acheter avec de la fausse monnaie inventée, ou prêtée contre rançon, est une escroquerie commise par eux sur un Etat consentant, soumis, qui lèche les babouches des gourous de la Franc-maçonnerie, Archi-démons de Satan. La seule motivation de l'état pseudo-républicain, outrancièrement anti-démocratique occidental type, est de maintenir à n'importe quel prix son pouvoir. Comme je l'ai dit dans ma Chronique de Politique Intérieure N°42 du 30 Mai dernier sur http://www.radio-silence.org : « A l'opposé de la recommandation faite par l'Eglise aux Catholiques de se mêler à la vie publique pour le BIEN COMMUN : IM MEDIA RE PUBLICA VERSARI, les partis sectaires et totalitaires qui monopolisent cette « vie publique » ne travaillent quotidiennement qu'à rester Maîtres du Gouvernement : REM PUBLICAM TENERE  » !

Les coups de fouets claquent et saignent à blanc les rameurs contraints et forcés. Une avalanche de nouvelles oppressions roule et projette les victimes au-delà de toute désespérance. Les morts s'accumulent au sens propre : économique, social et… physique ! Les usuriers traitent les épargnants comme s'il s'agissait d'une banque centrale et se permettent de rémunérer à 1% seulement dès le 1er Août prochain, le plus bas taux historique, leurs ressources en Livret A ! L'EDF se prépare à violer le Code Civil en réclamant un supplément de prix sur des produits et services déjà facturés et réglés dans le passé sur la base du prix qu'elle leur a pourtant fixé unilatéralement, sans jamais rien négocier avec ses supposés « clients » ! Telle entreprise, ici MORY-DUCROS, déjà en règlement judiciaire, se voit refuser son plan de licenciement par des tribunaux qui désavouent leur propre mandataire ! Toutes ces violations du DROIT FONDAMENTAL, commises en toute impunité, révèlent tous les jours davantage l'état du droit du plus fort, du plus vil, du plus irresponsable, du plus méchant, du plus sadique agent économique : l'état ripouxblicain, complètement vérolé, corrompu, déshonoré et qui n'est plus qu'un TYRAN, ne mérite plus aucune majuscule à son nom. Lequel TYRAN manipule les enfants,  les jeunes embauchés dans la gendarmerie pour racketter les automobilistes pour de fausses « infractions », avilit les adolescents par la propagande LGBT, et décerne à tous, en finale, des diplômes et des médailles sans valeur…

Toutes ces averses de coups de fouets, administrées par des fonctionnaires aux ordres de leurs Maîtres maçonniques, m'amènent donc aujourd'hui à en étudier quelques exemples dans le cadre de la :


« GEOPOLITIQUE de l'ESCLAVAGISME !… »



1) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE GENERALE : ECO 1 :

« Le CHOIX INTERDIT !… »

Le 28 Novembre 2013, une nouvelle m'est parvenue de l'Ambassade d'Israël en France, via les NONDITS de wordpress.com : « BOYCOTT de produits israéliens : amendes avec sursis pour 12 militants de COLMAR »… Je l'ai retenue car, A PRIORI, refuser d'acheter des produits en raison de leur provenance n'est pas un délit !? La nouvelle a été rapportée par l'AFP la veille le 27 Novembre 2013 : « après avoir été « poursuivis » en correctionnelle à Mulhouse, où le TGI les a relaxé en 2011, saisie par le Parquet aux ordres du Gouvernement en la personne du « Ministre de la Justice », la Cour d'Appel a condamné les 12 membres d'un collectif à des amendes de 1.000 euros chacun pour avoir commis le « délit de provocation à la discrimination » en Septembre 2009 et Mai 2010. Qu'ont-ils fait ? Ils ont appelé les clients d'un supermarché à ne pas acheter les produits israéliens dans le cadre d'une action baptisée : Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS). Leur action voulait voir refusés par les clients, les produits vendus sous le label israélien parce que provenants de colonies cisjordaniennes. Les parties civiles : LICRA, Association France-Israël et Avocats Sans Frontières se sont vues attribuées des milliers d'euros frappant solidairement les 12 inculpés, dont certains ont vu leurs amendes doublées ! La dépêche des NONDITS rappelle que plusieurs condamnations étatiques se sont également abattues à Alençon en Février 2010 pour « entrave à la vie économique » et, à Perpignan, je ne sais pas si les relaxés d'Août 2013 furent rappelés par le Parquet devant la cour d'Appel ? Ces « Appels » du parquet général révèlent toutes les tares du régime « inquisitorial » évidemment au service de l'état totalitaire contre les gens du peuple, qu'il appelle unilatéralement, et pour cause : des « justiciables »…

Conclusion d'ECO 1 : A l'opposé de l'ETAT de DROIT, le minable « état de droit » ripouxblicain condamne les simples « justiciables », outrageusement esclavagisés, s'ils osent refuser d'acheter tels produits dans un hypermarché. La jurisprudence est donc formelle : vous n'avez pas le droit de « discriminer » les produits selon leur provenance : de choisir français plutôt qu'israélien. Cette dernière provenance est protégée par les tribunaux aux ordres de la Franc-maçonnerie et vous êtes obligés d'acheter… israélien. Je me demande même s'ils vont maintenir l'étiquetage de la provenance quand elle est israélienne et s'ils ne vont pas les étiqueter « français » pour vous obliger à les acheter les yeux ainsi bandés, à l'instar de la statue de leur pseudo « justice », faussant les plateaux de sa balance féminisée ?… Voilà donc 12 coups de fouets de 3 sadiques sur les consommateurs qui osent appeler, délit suprême, à refuser les produits israéliens dont je me demandai dailleurs, ce qu'ils venaient « foutre » à Alençon, Perpignan ou… Mulhouse ! ? La réponse devait arriver avec l'information sur…


2) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE FINANCIERE : ECO 2 :

« La COOPERATION STRATEGICO-ECONOMIQUE FRANCE-ISRAËL !… »

Dix jours avant cette pantomime qui devait déshonorer une fois de plus l'administration judiciaire, soit le 18 Novembre 2013, j'apprenais de la même source, à savoir les NONDITS de l'Ambassade d'Israël en France, par un communiqué de la veille (17 NOV) : « SNCF et ISRAEL RAILWAYS SIGNENT UN ACCORD DE COOPERATION STRATEGIQUE » !

On comprend mieux l'acharnement gouvernemental contre les rebelles à la consommation de produits israéliens ci-dessus rappelé, quand on se plonge dans cet accord « stratégique » signé en la bonne ville historiquement française (1) de JERUSALEM par le « Président de la REPUBLIQUE maçonnique antidémocratique de France », lors de sa visite officielle récente en… Israël. Signé par Guillaume PEPY, Président de la SNCF et Boaz ZAFRIR, Directeur d'ISR (ISraël Railways), cet accord renforce la coopération ancienne par un apport français supplémentaire à la formation des conducteurs, la multiplication et la modernisation des « Trains Stations (gares) », celle du matériel roulant de frêt et les systèmes d'informations des passagers… Il s'agit d'apporter l'expertise de la SNCF afin d'amener les ISR à réaliser leur ambitieux objectif stratégique d'atteindre 70 millions de passagers en 2020 contre seulement 12 millions en l'an 2000. « Par cet accord, AREP, la filiale de la SNCF, … contribuera au développement des grandes gares et à la modernisation d'une quinzaine de plus petites », ajoute les NONDITS. Notamment : « AREP appuiera le versant commercial des services aux voyageurs et la création de solutions d'intermodalités ».
 
Vous comprenez mieux, comme moi, pourquoi les consommateurs français, en France, sont sommés dix jours plus tard d'acheter les produits israéliens que leurs hypermarchés ont eux-mêmes acheté sur l'ordre gouvernemental, via l'oligarchie maçonnique. Ceci sans doute dans le cadre d'un protocole international « secret » signé, dès lors, par le Sieur Laurent FABIUS, Ministre des « Affaires étrangères ». Le fils du Maître a le droit de forcer les barrages de police sans être même mis en GAV, tandis que les coups de fouets s'abattent en correctionnelles sur les consommateurs rebelles qui revendiquent seulement leur droit fondamental à choisir, donc à discriminer, les produits israéliens en faisant leurs courses ! Un tel « gros contrat » des deux compagnies socialistes, israélienne et Française, vaut aux « cochons de payants » français la même discrimination qu'avec leur éjection, il y a quelques années, du TGV Chambéry-Paris pour laisser la place à la famille royale saoudienne. La France est soumise de force par son propre gouvernement sectaire à tous les peuples sémites depuis l'Atlantique jusqu'à l'Océan indien. L'épicentre intouchable restant officiellement l'Etat d'Israël…

Par ricochets géopolitiques dans le cadre du « Mitonnage actuel des bases de la IIIième guerre mondiale », comme je le signalais dans ma chronique de Politique Intérieure N°47 sur http://www.radio-silence.org , en sus du problème des deux frégates MISTRAL évacué finalement fin Juin, « le Gouvernement suédois ordonnait dès fin Mars 2014 au groupe VOLVO AB d'interdire à sa filiale RENAULT TRUCKS DEFENSE de poursuivre un contrat avec la société russe : URALVAGONZAVOD », nous rapportait http://www.latribune.fr . Laquelle ajoutait  le 2 Avril 2014 : « Marc CHASSAILLAN, Directeur de la filiale RTD rappelait la signature en Février 2013 au salon de l'armement IDEX d'ABU DHABI (UAE) prévoyant d'équiper d'un moteur diesel de 600 Hp (2), couplé à une transmission automatique, le nouveau char russe ATOM de 750 km d'autonomie à 100 km/h !… En Septembre 2013, au salon de l'armement Russia Arms Expo de Nijni TAGUIL circulait même la maquette du VB destiné à remplacer le vieux BTR-80 »…

Conclusion d'ECO 2 : On voit bien que l'épicentre israélien de toute la géopolitique économico-financière occidentale impose à la France et aux Français toutes les brimades, y compris les plus outrageantes, au service d'intérêts et d'objectifs étrangers presque toujours contraires aux nôtres qui aboutissent à fragiliser notre commerce extérieur, nos rentrées de devises, nos entreprises et donc nos emplois, avec toujours plus de dettes nettes envers ceux-là mêmes qui nous nuisent dans ce seul but ! C'est notre mort que l'on veut… Il est urgent de changer de Gouvernement, de Parlement et d'Institutions pour d'autres véritablement « nationales ».

2) Hp : HorsePower = Cheval vapeur (Cv).


3) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE MONETAIRE : ECO 3 :

ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

« OFFENSIVE GEO-MONETAIRE SINO-RUSSE CONTRE l'OCCIDENT !… »

Comme l'a déclaré à la télévision à l'Automne 2013, rapportée par PRORUSSIA.TV sur l'internet, le Président russe Vladimir POUTINE, « Nous ( sous-entendu « La Russie » ) n'avons jamais voulu cela » ! La réponse multiforme sur tous les terrains et dans tous les domaines à l'expansionnisme américano-otanesque en Iran, en Syrie puis en Ukraine dernièrement prend de l'ampleur tous les jours. C'est « la réponse du berger à la bergère ». Le Président russe vient d'opérer une tournée des Pays émergents d'Amérique du Sud, et sa visite en Argentine, qui a surpris nombre de commentateurs officiels, est, en fait, logique. Depuis l'Automne 2013, les fluctuations erratiques du PESO Argentin avec le dollar US parvenaient le 13 Février 2014, rapportées par 24HGOLD, à forger des déficits importants chez les sociétés de grande consommation comme PROCTER & GAMBLE provoquant une baisse de leurs actions de 8 à 10%. Le PESO étant stigmatisé comme le plus gros problème aux côtés des LIVRES Turques, RANDS Sud-Africain, REALS Brésiliens et même ROUBLES russes, les Américains nordistes réclamaient déjà la fixation du change USD/PESO à leur avantage. La Russie vient donc d'accrocher davantage le PESO à la nouvelle zone ROUBLE-YUAN RENMIMBI, de stabiliser les cours par des techniques de changes croisées (SWAPS etc… ) et donc de libérer suffisamment le Gouvernement argentin de la pression américaine. Voilà le pion argentin enlevé du jeu de l'adversaire américain dans la grande partie d'échecs mondiale en cours… TOC !

De son côté, la chine poursuit son plan depuis un an (Juin 2013) en accord avec le traité Sino-Russe, officialisé en 2014. Le Gouvernement chinois réoriente le crédit en fermant les vannes de la spéculation qui s'était mise à faire grossir des « bulles » dont la plus grosse et la plus dangereuse reste celle de l'immobilier. La Bourse de Shangaï a chuté de –5,3%. Mais, comme disait DE GAULLE : «  la politique du Pays ne se fait pas à la corbeille » ! Une baisse des taux de refinancement de la Banque Populaire de Chine (PBOC) de 11,62% à 8,33% encore très élevé, lui aurait, semble-t-il, permis d'injecter vers l'économie saine 40 Milliards de YUANS (4,88 Mds €) selon latribune.fr du 24 JUIN 2013. Le problème de la dette privée en Chine doit être recherché par une diminution du ratio avec le PIB. Dans le cadre de ce plan d'assainissement financier, crucial pour la Chine, la poursuite de la progression du YUAN vers une convertibilité internationale élargie est accomplie à marche forcée. Après une période de peaufinage de l'opération depuis 6 mois, le site : http://www.broker-forex.fr/forum/viewtopic.php?id=3636 et http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/yuan-dollar-1.jpg , précise : « la  convertibilité totale du yuan chinois dans la zone de libre-échange de Shanghaï vient d'avoir lieu en Juin 2014. Les nouveaux décideurs chinois ouvrent progressivement le système financier du pays pour autoriser le flottement libre de la monnaie chinoise et permettant la pleine convertibilité du yuan chinois par la mise en oeuvre d'un système de comptes de libre-échange. Le mouvement vise à obtenir un financement moins cher de sources étrangères pour les entreprises locales. Après avoir permis à des employés travaillant dans la zone franche de Shanghaï d'ouvrir des comptes pour les investissements à l'étranger, geste ouvrant la voie à des réformes substantielles, le directeur adjoint de la zone, Dai Haibo, a déclaré que les réformes financières dans la zone franche devraient être également appliquées ailleurs en Chine dès… septembre 2014 ! L'économiste en chef de HSBC Chine, Qu Hongbin, a déclaré : « la Chine a une approche à trois volets pour l'internationalisation du renminbi :
- développer le rôle de la monnaie dans le règlement du commerce extérieur,
- dépasser l'euro pour devenir deuxième monnaie de règlement derrière le dollar, c'est déjà fait,
- Encourager l'utilisation dans les investissements transfrontaliers, et développer des centres renminbi offshore ».
La convertibilité du Yuan s'accélère et tous les yeux sont axés sur les résultats des efforts des décideurs chinois dans la Zone de libre-échange de Shanghaï. Le processus pourrait être accéléré par les autorités en raison du ralentissement de l'économie chinoise et du manque de demande intérieure.

Rappelons que le 11 Octobre 2013, un accord de contrat SWAP entre la PBOC et la BCE de 45 Milliards d'Euros ou 350 Milliards de Yuans (Currencies SWAPS Lines) a été conclu pour 3 ans ! Présenté comme un soulagement pour les entreprises européennes, généralement en difficultés pour changer des yuans et un renforcement de la place de l'Euro dans les transactions internationales, cet accord me paraît être en fait un déplacement en diagonale du Fou (Euro ) du Roi Américain : l'USD… Car du 12ème rang mondial dans les transaction internationales, le YUAN est passé au deuxième rang entre Octobre 2013 et Juillet 2014 ! ! ! Le Gouvernement américain se sert donc de l'Euro comme pare-feu, apparemment bien peu efficace… Il faut dire que la BCE est arrivée comme les « carabiniers d'Offenbach » derrière le Royaume-Uni qui avait déjà passé un SWAP avec la Chine à l'instar de Taïwan, du japon, de la Russie (évidemment), de l'Indonésie, de la Biélorussie et … de l'Argentine.

Conclusion d'ECO 3 : En somme, une offensive en règle, menée tambour battant par le couple CHINE-RUSSIE, se poursuit qui enlève mois après mois des cases entières de l'échiquier mondial monétaro-financier au dollar US. Le Rouble et le Yuan vont occuper sous peu la première place mondiale dans les facturations des échanges internationaux. Quant à la place de monnaie de réserves officielles et bancaires du USD, elle est en danger, aggravé par la faute commise par le Gouvernement américain de pénaliser les transactions en dollars off-shore (xéno-dollars : XUSD) (3). L'amende infligée à BNP-PARIBAS a été une faute du joueur d'échecs américain et le Russe en a immédiatement profité, ce que, peut-être, le Gouvernement français a fini par comprendre, l'amenant à livrer les deux MISTRAL malgré l'ordre d'OBAMA, d'évidence crispé autoritairement sur la perspective de perdre la partie qu'il a lui-même engagée ! Bien mal…

3) Les xénos monnaies furent d'abord appelées :EURO-MONNAIES, car souvent émises par des xénos banques en Europe. La plus célèbre xéno-monnaie restera longtemps l'Euro-dollar. Ce terme a disparu des écrans dès l'invention de l'EURO en 1996 qui remplaça l'ECU prévu à Maastricht dans la progression vers la phase III de l'U.E.M.



Ma Conclusion Générale du Jour : Les Français sont donc en  2014 des esclaves officiellement asservis à tous les Peuples Sémites par leur propre gouvernement, pour de sordides questions financières élevées au rang de « Haute Politique »… Dans une Europe servile, aux ordres américains, la France a raté toutes les opportunités depuis 1981. Le FOU-Euro a été déplacé trop tard par OBAMA pour contrer l'avancée monétaire et financière SINO-RUSSE. Les Anglais reprennent la main fort habilement, parlent de sortir du carcan bruxellois avec raison, jouent le jeu monétaire du moment en replaçant la LIVRE STERLING dans le jeu mondial, dont le dollar l'avait écarté progressivement entre 1944 et 1980. Le Royaume-Uni, qui a bien joué le jeu de l'allié inconditionnel des Américains, a su rester à l'écart du « centralisme bureaucratique bruxellois d'origine communiste ». La France, elle, a perdu tous ses atouts extérieurs et intérieurs, ses grandes entreprises ne sont plus que des filiales d'entreprises étrangères soumises à leurs gouvernements étrangers. Nos contrats sont toujours soumis à conditions étrangères. Nous n'avons plus de monnaie, celle que nous utilisons, imposée, joue son jeu étranger sans s'occuper des effets délétères en France. La finance française est le fait de l'étranger et elle est cotée à l'étranger. La finance anglo-américano-israélienne nous suce le sang, englués que nous sommes dans la toile de l'araignée mondiale dévoreuse des faibles, des handicapés. Les ordres reçus par nos Gouvernants nous conduisent au tombeau des civilisations majeures disparues, condamnées par leur incapacité à comprendre ce que les mémoires de DE GAULLE appellent à juste raison : « La LOI d'AIRAIN des NATIONS ». Une NATION comme la France n'a que des ennemis. Faute de l'avoir compris, les Français souffrent au-delà de toute expression. Il faut d'urgence renverser les Institutions et libérer le génie français enchaîné, comme nous l'avons proposé en 2002 sur grand écran à l'Opéra de Paris avec le FN… Et mieux encore, restaurer le meilleur ou au moins le moins mauvais des régimes : la MONARCHIE de DROIT DIVIN. C'est une question de vie ou de mort !



1)
http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9rusalem
Etymologie :
Jérusalem est mentionnée pour la première fois dans les textes égyptiens dits « d'exécration2,3 » (XXe et XIXe siècles av. J.-C., à la période où l'Égypte a vassalisé Canaan) sous le nom de Rushalimu. La prononciation exacte du nom égyptien ne ressort pas clairement des hiéroglyphes (on trouve aussi Urushalimu ou d'autres variantes4,2). On peut supposer que le nom de la ville reflète le culte du dieu Shalem (en) ou Shalimu car il était courant alors d'appeler les cités du nom du dieu local4,2. Le nom de Jérusalem se réfère donc au culte du dieu des Cananéens, Shalem était un dieu populaire dans le panthéon ouest sémitique, divinité de la création, de l'exhaustivité, et du soleil couchant. Comme la première syllabe de Jérusalem vient de uru, qui signifie « fondation » ou « ville fondée par », le sens du nom primitif est donc « fondée par Shalem », ou « sous la protection de Shalem »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_de_J%C3%A9rusalem
Armoiries du royaume de Jérusalem :
Blasonnement : d'argent, à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même.
Selon la tradition, ce blason est volontairement à l'enquerre (il contrevient aux règles héraldiques en disposant un métal directement sur un autre métal), pour mieux marquer le prestige tout particulier de ce royaume.

Histoire :
Le royaume à Jérusalem (1099-1187)

Le royaume de Jérusalem est né de la première croisade et de la prise de Jérusalem (15 juillet 1099). Godefroy de Bouillon en fut le premier souverain, mais se contenta du titre d'Avoué du Saint-Sépulcre. Il fallut d'abord combattre une première contre-attaque fatimide, qui fut battue à Ascalon le 12 août 1099. Le royaume se limitait aux villes de Jérusalem et Bethléem, du port de Jaffa et de la route reliant Jérusalem et Jaffa.

Plusieurs chefs croisés quittèrent la ville sainte, soit pour se tailler des principautés, soit pour rentrer en Europe. Il ne restait plus que Godefroy, Tancrède de Hauteville, Raymond IV de Toulouse et trois cents chevaliers. Tancrède conquit la plaine de Galilée et fonda la principauté de Galilée.
Les États croisés en 1102

Godefroy mourut le 18 juillet 1100. Se posa alors la question du statut juridique du nouvel état, liée à celle de la succession. Daimbert de Pise, patriarche de Jérusalem, souhaitait un état théocratique et appela son allié Bohémond, prince d'Antioche. Mais celui-ci venait d'être fait prisonnier par les Turcs et Baudouin, comte d'Edesse et frère de Godefroy, se présenta. Daimbert fut obligé de l'accepter, puis de le sacrer roi de Jérusalem.

Baudouin Ier passa son règne à conquérir le littoral et à repousser les contre attaques islamiques. Il réussit à faire reconnaître la suzeraineté du royaume de Jérusalem sur les autres États latins d'Orient. Il mourut en 1118 et les seigneurs du royaume lui choisirent comme successeur Baudouin du Bourg, comte d'Édesse et cousin de Baudouin Ier.

Baudouin II renforça la présence franque en Terre Sainte et remporta plusieurs victoires, mais ne put s'emparer de la Syrie intérieure, les villes d'Alep et de Damas restant aux musulmans.

Les succès de la première croisade étaient principalement dus aux divisions des musulmans. Foulque d'Anjou, successeur de Baudoin II, parvint à maintenir cet équilibre, mais la Syrie musulmane commençait à s'unifier sous la férule de Nur ad-Din. La deuxième croisade n'eut aucun résultat positif, les croisés ayant attaqué Damas, le seul émirat allié aux Francs.

Les règnes de Baudouin III et d'Amaury Ier sont marqués par la recherche d'alliances auprès de Byzance et de l'Égypte fatimide, mais cette dernière action se solda par un échec qui contribua à l'hégémonie de Saladin sur la Syrie et l'Égypte réunies, prenant le royaume en tenaille.

Baudouin IV le Lépreux, puis Raymond III de Tripoli, régent au nom de Baudouin V, réussirent à tenir Saladin en échec, mais le comportement de Renaud de Châtillon et l'avènement de Guy de Lusignan amenèrent la catastrophe : l'armée franque fut vaincue à Hattin (4 juillet 1187), le roi fait prisonnier, et Saladin entreprit rapidement la conquête des États latins d'Orient. Le royaume de Jérusalem se réduisit bientôt au port de Tyr, le comté de Tripoli se réduisit à la ville de Tripoli, au château de Tortose et au Krak des Chevaliers, et la principauté d'Antioche à Antioche et à Marqab.

C'est de Tyr que vint la contre-attaque. Conrad de Montferrat, un homme énergique et résolu, oncle de Baudouin V, y avait débarqué en juillet 1187, mit la ville en état de défense, et repoussa les attaques de Saladin. Pour contrebalancer cette réaction, Saladin délivra Guy de Lusignan, mais Conrad refusa à ce dernier l'entrée de Tyr. Tandis que Conrad épousait Isabelle de Jérusalem pour faire valoir des droits au trône, Guy de Lusignan se mit à assiéger Acre. Ce siège dura deux ans, les Francs de Lusignan se retrouvant à leur tour assiégés par une armée de secours de Saladin, et en proie à la rivalité entre partisans de Guy et partisans de Conrad. Ce n'est qu'à l'arrivée de la troisième croisade, conduite par Philippe II Auguste et Richard Cœur de Lion, que la ville put être prise.

Philippe Auguste rentra en France, mais Richard resta, fit la conquête de la bande côtière et négocia avec Saladin une paix garantissant aux pèlerins chrétiens l'accès à Jérusalem. Sous la pression des barons, il se résigna à reconnaître Conrad roi de Jérusalem, installant Guy de Lusignan sur le trône de Chypre qu'il venait de prendre aux Byzantins.

Le royaume à Saint-Jean-d'Acre (1187-1291) :
Les États croisés en 1196-1205

Jérusalem était perdue, mais le royaume garda le nom de royaume de Jérusalem, et son siège fut installé à Saint-Jean-d'Acre. Conrad de Montferrat, son nouveau roi, fut assassiné peu après. Se succédèrent alors les deux maris suivants d'Isabelle, Henri II de Champagne, puis Amaury II de Lusignan, frère de Guy de Lusignan et roi de Chypre. Il parvint à reprendre plusieurs ports et à reconstituer le royaume tout le long du littoral, de Jaffa à Beyrouth. À sa mort, ce fut Marie de Montferrat qui lui succéda, sous la régence de Jean d'Ibelin, le « vieux seigneur de Beyrouth ».

Lorsque Marie eut dix-neuf ans, Jean d'Ibelin la maria à Jean de Brienne. En 1218, celui-ci lança une expédition en Égypte dans le but de négocier la restitution de Jérusalem. Le 5 novembre 1219, il prit Damiette, et le sultan d'Égypte était disposé à échanger la ville contre Jérusalem. Le légat Pélage Galvani s'y opposa et marcha sur Le Caire au moment de la crue du Nil. L'expédition tourna ainsi à la catastrophe et les succès de l'opération furent réduits à néant.

Les États croisés en 1240

Pour obtenir des secours de l'Occident, Jean de Brienne maria en 1225 sa fille Isabelle II à l'empereur romain germanique Frédéric II de Hohenstaufen, lequel l'écarta du trône. Frédéric II, bien qu'ayant réussi à récupérer Jérusalem par traité, mécontenta les barons et la « guerre des Lombards » éclata entre les impériaux et les barons. Ce n'est qu'en 1232 que les barons l'emportèrent, ne laissant aux impériaux que la ville de Tyr qui fut prise en 1243.

Tout en maintenant la fiction des rois Hohenstaufen, les barons organisèrent un gouvernement collégial, dirigé par Jean d'Ibelin, puis par son fils Balian, mais l'anarchie s'installa. Jérusalem fut reprise par les musulmans en 1244. Saint Louis vint à la tête d'une croisade, mais fut fait prisonnier à Damiette. Après sa libération, il gouverna le royaume de 1250 à 1254 et le réorganisa, mais l'anarchie revint après son départ, aggravée par les rivalités entre les Gênois et les Vénitiens (guerre de Saint-Sabas), la double prétention au trône de Hugues III de Chypre et de Charles d'Anjou. Pendant ce temps, le sultan mamelouk Baybars reprenait petit à petit les différentes places fortes du royaume. La dernière place forte franque fut Saint-Jean-d'Acre, qui fut prise le 28 mai 1291.

mercredi 2 juillet 2014

Les FABLES ONT UNE MORALE, mais la SECTE NOIRE N'EN A AUCUNE :

Pour :
http://www.radio-silence.org/

Chroniques reprises, ou citées, aux liens suivants :
- http://www.midiassurancesconseils.com/Lepilori
- http://www.cncombattants.org
- http://www.francisrichard.net/
- http://www.echodufrioul.eu
- http://wwwhttp://yvesdaoudal.hautetfort.com/
- http://soleil151.free.fr/reconquete/
- etc…

CHRONIQUE ÉCONOMIQUE « FINANCES – VÉRITÉS »
N°128

MERCREDI  2  JUILLET  2014


Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

En cette époque de désastres chevauchant la fin d'un XX ième siècle pourtant prometteur, et le début d'un XXI ième qui en mitonne un majeur pour d'ici peu, nous trouvons quand même, parfois, l'occasion de rire (jaune !) des :  


« FABLES de « LA » RIPOUXBLIQUE MAÇONNIQUE !… »


1) Dans l'ACTUALITE ÉCONOMIQUE GÉNÉRALE : ECO 1 :

« 1 : La Fable de la mondialisation et de la tomate !… »

Depuis le premier triptyque de « STARWARS », tous les Quadras, quinquas et sexas de 2014 connaissent « le côté obscur de la force » que l'Empereur de l'Étoile Noire utilisait magistralement au service du MAL contre le BIEN, incarné par la fragile Princesse LEÏA et ses amis. C'est ainsi que le Salon Beige attira mon attention le 29 Juin dernier sur un reportage de RFI intitulé : « The DARK SIDE of the Italian TOMATO » (Le Côté Obscur de la Tomate Italienne)…

Au nom du « Saint libre-échangisme » imposé mondialement, le Gouvernement ghanéen se vit sommé d'abaisser les droits de douanes du Pays qui protégeaient jusqu'en l'an 2000 les productions nationales de tomates. Les Ghanéens étaient heureux, ils mangeaient leurs bonnes tomates nationales fraîches et exportaient leurs surplus importants, de quoi se permettre quelques importations de biens manufacturés occidentaux ou… Chinois. Mais « le bonheur ne dure qu'un moment  » : celui du fantasme (Chanson « Plaisir d'Amour »)…

Entre 1998 et 2003, les importations de boîtes de tomates et de concentrés augmentèrent de 438 %, passant de 8% à 43% de parts de « marché ghanéen ». Les Ghanéens, pas plus intelligents que les Français, achetèrent massivement les tomates et leurs concentrés étrangers moins chers. Alors que le GHANA était auto-suffisant en 1998-2000, 20.000 tonnes de tomates en boîtes étaient importées en 2003. Résultat, les cultivateurs de tomates ghanéens, réduits à la misère, s'expatrièrent en Italie, connue d'eux pour leur vendre plein de tomates concentrées en conserves… « Employés au noir au ramassage harassant, payés 3,50 € le caisson de 300 kg rempli, crevant de faim, couchant par terre » dit le SB, comme des Mexicains en Floride, eux qui étaient leurs propres maîtres au Ghana, sont devenus esclaves des Italiens, ajouterai-je.

Où est donc le « Loup » qui dévore ainsi les agneaux ? Eh ! Bien, à BRUXELLES ! Les subventions européennes, avec « NOS IMPÔTS », aux productions de boîtes de conserves et de bocaux de tomates italiens ont permis l'exportation à des prix cassés vers les consommateurs ghanéens. Ces subventions européennes ruinent, en leur faisant faire d'apparentes économies, les « ménagères » ghanéennes par le chômage de leurs producteurs de maris. Tout cela paraît-il pour permettre à l'Italie de lutter contre les productions chinoises et lui assurer un débouché en Chine mais… en ruinant la meilleure production mondiale de tomates au GHANA. Un dégât collatéral que la Commission de Bruxelles étouffe…

Conclusion d'ECO 1 : La déstabilisation du monde au service du retricotage des flux de commerce mondiaux va donc expressément CONTRE le fameux « Commerce équitable » par ailleurs prôné par cette même Commission de Bruxelles. La méthode est bien rôdée. Le socialisme mondial, outil traditionnel de la Franc-maçonnerie et de ses « Comités » de pseudos « Sages », ruinent les situations qui marchent bien pour faciliter l'émergence de meilleures situations dans les pays pauvres jusque-là, comme la Chine ou le Brésil etc… Résultat de ces mauvais procédés : nivellement par le bas et ruine de tout le monde dès que les effets pervers des impôts cessent faute… de rentrées fiscales sur des consommations et des productions abaissées et même anéanties !  


2) Dans l'ACTUALITE ÉCONOMIQUE FINANCIÈRE : ECO 2 :

« 2 : La Fable des économies budgétaires et de l'indépendance financière !… »

J'apprenais coup sur coup ces jours-ci que le Sénat de « LA » Ripouxblique française, dont le Président, retraité de fraîche date, vient d'être mis en Garde à Vue puis inculpé ce matin - je ne citerai pas son nom, plus par estime de la pauvre France que par délicatesse à son égard -, vient de bloquer la « réforme des collectivités locales », jugée par lui « bâclée » par le Président en exercice, au grand dam de sa « majorité présidentielle ». En fait de faire plaisir aux conservateurs de l'Etat des lieux, il s'agit surtout de refuser, de même seulement, commencer à faire l'ombre de quelques économies. Partout, les Assemblées des Collectivité territoriales grondent et campent sur leur exigence du maintien de leurs sacro-saintes « Dotations Globales de Fonctionnements » laissées à leur disposition par l'Etat et son Trésor Public, sur les impôts qu'il capte, comme la TVA, par exemple.

Ne disposant pas encore de la « Situation mensuelle budgétaire de l'Etat » de Mai 2014, je vois avec celle d'AVRIL que le solde d'exécution provisoire officiel est admis en déficit de  – 64,2 Mds € « en amélioration sur Avril 2013 de +2,6 Mds € ». Comme à l'accoutumée sous la Ripouxblique maçonnique ce sont les augmentations de ponctions fiscales de + 2,2 Mds, de 90,8 en 2013 à 93,0 Mds en 2014 qui « améliorent » clairement le solde, davantage que les baisses de dépenses de +1,8 Mds passant de 140,4 en 2013 à 138,6 Mds en Avril 2014 ! Foin du détail…

EUROSTAT, rapporté par beaucoup comme 24HGOLD, remarque que l'amélioration exigée à 3% du PIB, venant de 4,3% en 2013 est complètement improbable. La Franc-maçonnerie restant crispée sur le maintien en service de son « ÉDUCATION NATIONALE » encore grossie. Cette armée rouge incluse dans les 7.600.000 fonctionnaires directs, indirects et assimilés, le monstre totalitaire va continuer à ronfler aux dépens de l'économie réelle. La contraction de celle-ci se révèle, en effet, de mois en mois toujours plus grave, avec comme conséquence première le désemploi (1) de 24.800 travailleurs renvoyés à leurs canapés-télés, bientôt transférés sous les ponts de Paris et d'ailleurs… Mais la conséquence financière est que l'Etat et ses subdivisions administratives hyper-nombreuses, « bouffent » de plus en plus largement le fromage des Investissements et ratiboisent en chœur l'épargne du secteur privé « national », ne laissant plus rien ou presque à l'économie productive non seulement pour espérer se développer mais même pour simplement survivre.

La vie étant dure à « euthanasier », les entreprises cherchent désespérément de l'air financier en-dehors du parc hexagonal étouffant, en revendant leurs titres de créances ou de propriétés. 52% de l'ensemble des titres émis en France sont désormais détenus par des « NON-RÉSIDENTS » (2) selon le STAT INFO de la BDF du 7 Avril dernier. Depuis un an, les entreprises ont donc cherché, sans les trouver, puisqu'absorbés par le monstre étatico-pseudo-républicain : 11 Milliards sur les 21 Mds d'euros en titres émis, soit le tiers des émissions de la zone euro… pour la France seule ! Ce faisant les « NON-RÉSIDENTS » détenaient fin 2013, je le rappelle encore : 62% de l'ensemble de la dette publique en sus des 52% des émissions privées.

Cela a pour conséquence que 43% des entreprises cotées sont détenues par des étrangers titrait latribune.fr du 4 Juin dernier. Alors, rappelle-t-elle, que le pourcentage n'était que de 23% en 1995… Symptomatique, effectivement, est le parallélisme avec la baisse de la détention d'actions par des particuliers depuis 1995, de 25% à seulement 10 % ! L'Etat, monstrueux jusqu'au bout des ténèbres économico-idéologiques socialistes, a pris une partie de la place privée en élevant sa part de 3 à 7% en 20 ans… C'est dire sa difficulté à consacrer ses moyens au service du pays quand il les dirige systématiquement vers son propre corps insatiable. L'économie ne tient donc plus que sur les entreprises de petites tailles, voire individuelles, car les sociétés cotées qui étaient 25 % de l'ensemble en 1995, rappelle encore latribune.fr ne sont plus que 20%. C'est la preuve que le fameux TOO BIG TOO FAIL (Trop Gros pour faire faillite soit-disant) a bien fait faillite malgré tout. En tout cas, ces 43% des entreprises cotées mettent donc aux mains des étrangers 8,6% de l'ensemble des entreprises françaises… Un ratio qui ne peut cacher la dure réalité que nos grands marchés sont en fait devenus ceux des étrangers.
 
Conclusion d'ECO 2 : L'avenir reste donc, depuis l'extinction des dinosaures, à leurs descendants rapetissés : les… poules. Reste à savoir si l'Etat-gourmand va continuer à tuer les poules sans voir qu'il tue en même temps toute espérance de manger des œufs ! ?… Faute de comprendre les « fables », il devrait quand même se rappeler le vieil adage selon lequel : « Il ne faut pas tuer la poule aux œufs d'Or »… 

1) Vous voyez, moi aussi je peux inventer des mots lénifiants enrichissant la NOVLANGUE. Désemploi fait moins grave que « chômage » : OH ! Le VILAIN MOT…
2) Encore de la Novlangue pour ne pas dire : « étrangers » !


3) Dans l'ACTUALITE ÉCONOMIQUE MONÉTAIRE : ECO 3 :

ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

« 3 : La Fable de la Banque Centrale qui désavouerait ses banques !… »

Comme les banques commerciales ont arnaqué, c'est trop évident - je vous en ai entretenu en détails récemment - pour leur seul profit, les efforts de rentabilité et de structure concédés par la BCE, la FED et leurs homologues occidentales, alors « …les banques centrales achètent elles-mêmes, massivement, des… actions » ! C'est GOLDBROKER.COM qui le dit et 24HGOLD qui le rapporte le 27 Juin dernier. En somme, on voudrait nous faire croire que les banques centrales court-circuiteraient les banques et investiraient directement dans l'économie réellement productive ?

Il est vrai qu'au moins aux USA, la toute jeune Présidente de la FED Janet YELLEN dirige la baisse des QE (Qantitatives Easings) par tranches mensuelles de –10 Mds. Elles les a déjà ramenés des 85 Mds $US encore consentis en Décembre 2013 à 35 Mds $US « seulement » en Juillet 2014. L'Etat fédéral américain est-il étranglé pour autant ? Comme je ne vois rien, mais je suis peut-être désinformé, c'est qu'il doit bien racketter de plus en plus, à due concurrence, le public américain… L'explication officielle selon laquelle la « croissance » attendue serait de 2,1% en 2015-2016 est contredite par la contraction palpable déjà du PIB américain en dollars… courants ( hi ! hi ! avec jeu de mots ! ), ne tient évidemment pas debout une seconde.

GOLDBROKER.COM note donc, comme moi, et tout le monde, que les marchés actions occidentaux se portent plutôt bien du moins selon leur capitalisation officielle totalisée par « les marchés » bancaires. Ce site va chercher sur le FINANCIAL TIMES repris par Zéro Hedge une étude de l'OMFIF (3) qui démontrerait, c'est à vérifier, que les BCN investiraient secrètement à des hauteurs que seules peuvent fréquenter les émetteurs de (fausse) monnaie centrale dans… les marchés actions ! Comme j'ai tendance à penser que ces fuites des délibérations des « Comités de Sages » mondiaux façon BIELDERBERG ou DAVOS, sont vraies, cela nous obligerait donc à observer que les Systèmes de Banques Centrales zonales (BCE, FED et autres) ex « Nationales », sont en conflit d'intérêt, aboutissant à une hausse artificielle des cours des actions dans les salles de « marchés » bancaires, ce que tout le monde peut constater depuis des mois. La Banque Centrale de Chine, précise encore 24HGOLD/GOLDBROKER.COM dixit, serait déjà devenue la principale détentrice mondiale d'actions via sa filiale : « l'Administration d'Etat (Communiste) des devises étrangères de la Chine ». La Banque Centrale de la Confédération helvétique peut, elle, investir statutairement en toute clarté 15% de son bilan en actions, comme celle du Danemark… Selon l'OMFIF rapporté ici, il y aurait 400 Zins-Zins (4) évidemment « publics », répartis dans 162 Pays, qui détiendraient, tenez-vous bien : 29.000 Milliards $US d'actions !

Conclusion d'ECO 3 : Quand je pense que l'on stigmatisait dans les années soixante la désinformation communiste de l'Agence « CHINE NOUVELLE » maoïste ? Ce n'était encore rien. Alors que les Banques Centrales ont seulement pour rôle institutionnel de mettre en circulation une monnaie stable, de qualité, bien gérée, donc bien couverte en contreparties, adaptée en quantités mensuelles aux besoins économiques, voilà qu'elles intègrent en grande quantité les titres de propriétés de toute l'économie mondialisée… Au lieu, comme le constate 24HGOLD, de relancer l'économie, elle créent déjà une bulle financière sur le marché mondial des actions, laquelle comporte potentiellement – comme toutes les « bulles » -,  lors de son éclatement, un crash boursier à côté duquel la « Crise » de 1929 apparaîtra comme simple broutille ! Mais, en plus, moi, je constate que cette fable des bonnes intentions des BCN couvre en fait une appropriation bien réelle du monde par des groupes discrets, voire même « secrets »... Cela ne sent vraiment pas bon pour la LIBERTE des 162 Peuples ainsi absorbés par leur monstre mondial socialiste, sectaire et totalitaire.
 
3) OMFIF : Official Monetary and Financial Institutions Forum.
4) Zins-Zins, abrégé anciennement connu à la Bourse des Valeurs de Paris pour désigner les « Investisseurs Institutionnels » d'où les… ZINS-ZINS…


Ma Conclusion Générale du Jour : Les Comités de pseudos « SAGES » mondiaux qui s'approprient la planète n'ont cure des appauvrissements qu'ils causent aux Peuples. Leur seul but est de posséder le monde bien plus encore que de le gouverner.  Ils nous servent leurs fables selon lesquelles « la mondialisation apporte la richesse », que « les États et les banques à leurs ordres soutiendraient l'économie, la croissance » et donc le bonheur franco de port et d'emballage des peuples menés contre leur gré, que « les banques centrales prendraient les rênes en court-circuitant les banques commerciales, les vilaines » alors quelles les soutiennent contre les bancarisés de force… La fameuse « ténébreuse alliance » est finie, la place est maintenant à l'appropriation complète, totale, et sans parade du travail des Peuples, privés de leurs LIBERTÉS fondamentales en même temps que de leurs propriétés. Les Fables ont une morale. Mais la SECTE NOIRE n'en a aucune !  

mardi 17 juin 2014

Vive la PAIX mondiale par le RETOUR de nos RELIQUES :

Pour :
http://www.radio-silence.org/

Chroniques reprises, ou citées, aux liens suivants :
- http://www.midiassurancesconseils.com/Lepilori
- http://www.cncombattants.org
- http://www.francisrichard.net/
- http://www.echodufrioul.eu
- http://wwwhttp://yvesdaoudal.hautetfort.com/
- http://soleil151.free.fr/reconquete/
- etc…

CHRONIQUE ECONOMIQUE « FINANCES – VERITES »
N°127

MERCREDI 18 JUIN 2014



Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Nous sommes en train de passer depuis quelques mois d'un système désormais bien rôdé d'abus de confiance et d'escroquerie de la part du cartel bancaire à un changement complet de système monétaire. Comme tous les spécialistes le voient très bien, le système actuel est à bout de souffle. Coup sur coup nous apprenons de petites nouvelles comme « il va falloir un nouveau système monétaire » dit-on au FMI et plus précisément encore : « un DAB de BITCOINS vient d'être mis en service à TEL-AVIV »… Soyez attentifs à toutes ces petites nouvelles qui ne font que des entrefilets vite disparus…

Après les faillites retentissantes, notamment celle du Japon, des plates-formes d'échanges de BITCOINS, je pensais le BITCOIN(1) enterré. Eh ! Bien, il semble que non et que d'aucuns souhaitent lui faire jouer un rôle ? Suivez mon regard… Je vous conseille vivement d'éviter ce genre de pseudo monnaie !… Toutes les monnaies de plus en plus dématérialisées qui peuvent être inventées auront toujours deux tares : être reliées à des contreparties en monnaies de règlements mondiaux établies comme USD, EURO, ROUBLE, YEN ou YUAN, donc sans contreparties réelles et n'offrir aucune garantie aux porteurs qui dépendront toujours des émetteurs. Autrement dit, il ne sera jamais proposé autre chose comme « nouvelle » monnaie que la production de signes monétaires d'un système devenu classique d'un émetteur central. Celui-ci va seulement devenir de plus en plus lointain, inaccessible, incontrôlable, et même incompréhensible pour la grande masse populaire. Cet émetteur central mondial, en mettant en circulation des signes monétaires de plus en plus dématérialisés, pourra de plus en plus vite, instantanément, procéder à un « déshabillage » de plus en plus aisé à effectuer de sa part. C'est là que l'électronique offre l'illusion recherchée pour mieux manipuler le monde.

En attendant le « système » tourne maintenant à l'envers et dans le sens commun à toutes les dépressions. Le ZERO circulation fiduciaire, classique depuis son invention avec la FEDERAL RESERVE approche. Les preuves sont déjà là que, dans le sablier :  

« Le dernier grain de SABLE passe l'étranglement !… »

1) BITCOIN : contraction de BIT (abrégé de Byte = Octet ) et COIN = Pièce de monnaie, autrement dit pièce de monnaie immatériellement palpable de x électrons formant un Octet ( huit ) de données électroniquement transmises.


1) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE GENERALE : ECO 1 :

« Le RALENTISSEMENT EFFRAYANT de l'INFLATION par les prix !… »

Au 31 Mars 2014, EUROSTAT constate une baisse à + 0,5 % de l'inflation par les prix selon l' IPCH sur un an depuis le même mois de 2013. Il était de +1,7 % en Mars 2013 sur Mars 2012. La baisse de –1,2 % effraye les monétaristes comme je vous l'ai déjà expliqué précédemment qui y voient l'assurance d'une récession des PIB consolidés de la zone euro et une baisse de la consommation. Pour soutenir l'emploi, les encouragements à coups de milliards d'impôts déversés sur les entreprises leurs permettent de continuer à produire du STOCK ! Le stockage, on le sait, a ses limites. Les USA commencent déjà à déstocker plus tôt que prévu, précipitant au chômage de plus en plus de gens au moment où ils n'ont jamais été autant imposés. Avec un temps de retard, l'EUROPE arrive dans une situation encore pire avec un taux d'impôts déjà exorbitant sur des gens qui s'appauvrissent par tous les bouts. La France augmente dans la zone euro plus que tout le monde la pression fiscale et dispute au Danemark le pompon du pourcentage le plus élevé d'oppression fiscale rapporté au PIB. Toutes ces preuves que l'on nous fait vivre à l'envers se trouvent d'un coup vérifiées par une seule : la BCE à FRANCFORT, comme à Bruxelles la Commission, transforme la limite maximale de +2% d'inflation par les prix, si souvent dépassée et donc contrée depuis 15 ans dans l' IPCH en… OBJECTIF à atteindre ! Ces derniers mois, la BCE qui devrait se réjouir de la réduction de l'inflation se conduit comme si cette bonne nouvelle pour les consommateurs et son mandat statutaire devait fatalement être mauvaise pour les productions et le « Saint PIB ».

Conclusion d'ECO 1 : En fait, le « loup » n'est pas là. C'est que la baisse du PIB est de plus en plus dangereuse pour la trésorerie et les finances des Etats dont le taux d'endettement semble aller vers l'incontrôlable. D'où le retour souhaité à plus d'inflation pour gommer les dettes. Toujours l'inflation érode l'épargne et le travail mais satisfait les débiteurs dont les dettes s'amoindrissent alors et au premier chef les Etats. En somme, le sablier est presque plein en bas, il reste trop peu de monnaie en haut et le débit faiblit en même temps que la masse de sable qui tombe diminue jusqu'à près de zéro.


2) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE FINANCIERE : ECO 2 :

« La RELANCE de l'INFLATION par LÂCHER de LEST !… »

Alors Jeudi dernier 12 Juin, la BCE a décidé de libérer la descente des réserves bancaires facultatives et mêmes obligatoires. Elle a découragé les banques de laisser des sommes en comptes, retenues en haut du sablier, chez la Banque Centrale, de deux manières.
D'abord en réduisant le taux de refinancement à 0,15%, le plus bas historique, qui permet de maintenir chez les banques une marge brute de profit à taux inchangé sur le marché du crédit. Simultanément, on apprend qu'elle envisage de prolonger l'échéance prévue mi-2015 des précédents LTRO ( dits « refinancements illimités » à l'instar des QE, QANTITATIVES EASINGS américains ) d'un an à… mi-2016 et même de procéder peut-être prochainement à de nouveaux prêts illimités aux banques !… Lesquelles sortent donc provisoirement rassurées sur leur sort.
Ensuite, ayant ainsi consolidé les profits bancaires en période de stagnation, les ECHOS précisent «  qu'elle a  aussi placé en territoire négatif à – 0,10% le taux rémunérant les liquidités placées au jour le jour chez elle », lequel était à 0% jusque-là. L'effet fut immédiat : les dépôts bancaires chez la BCE ont baissé de 39 Milliards à 13,6 Mds seulement – niveau le plus bas depuis 2011 ! - , soit un retrait total de – 25,4 Mds € = - 65 % ! Avec cette base monétaire de nouveau utilisable, la BCE espère voir les banques augmenter le crédit à l'économie, certainement à la demande du Grand Conseil Européen récent. Mais c'est au prix d'une insolvabilité quasi-totale du cartel bancaire européen car les dépôts des banques chez la Banque Centrale constituent ce qu'on appelle en France depuis des décennies : la MONNAIE CENTRALE. Laquelle s'élève donc à 13,6 Mds € pour une masse de monnaie scripturale totale M3 – M1 de… 4404,9 Mds € fin AVRIL dernier, soit le pourcentage le plus ridicule connu depuis 60 ans de seulement : 0,31 % (2) ! La base monétaire centrale de l'EUROSYSTEM est devenue une toute petite pointe sur laquelle tourne ma fameuse toupie à la base hyper élargie de… 324 fois la pointe ! Et pourtant…

Pour l'instant, la BANQUE de France signale, en France : « que le solde d'opinion des banques sur la demande de crédits de l'ensemble des entreprises est resté stable en Mai 2014, légèrement négatif pour les PME. Que la demande de crédits à l'habitat perçue par les banques augmente quelque peu, tandis que celle relative aux crédits à la consommation est stable ». Ceci dans la parution du Stat Info : Enquête mensuelle sur la distribution du crédit de Mai 2014. https://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/enquete-mensuelle-aupres-des-banques-sur-la-distribution-du-credit-en-france.html . Ce qui veut dire que les banques ont amorti l'effet de relance économique en s'appropriant, dans l'immédiat, l'effet positif des taux amont sur leurs marges bénéficiaires finales. Elles font peu d'efforts sur les réductions de leurs effectifs. Pour ce qui concerne les PME, je dois quand même dire qu'elles recourent de plus en plus au SHADOW BANKING, c'est-à-dire au crédit privé sans recourir à l'intermédiation bancaire, trop chère. Nous en reparlerons sûrement si les choses devaient s'assainir par la base au lieu de pourrir par la tête.
 
Conclusion d'ECO 2 : La BUNDESBANK, comme le précise LES ECHOS du 16 Juin, « d'habitude si rétive, n'a pas bronché !  Jens WEIDMANN, président de la BUBA, déclarait même au quotidien rapporté BÖRSEN ZEITUNG : «  Nous avons fait le nécessaire pour favoriser une relance de l'inflation (NDLR : IPCH via une inflation monétaire en amorce ). L'important est maintenant de voir la croissance revenir en zone euro » ! On ne peut faire plus clair aveu de la technique employée pour droguer l'économie encore un peu plus. Qui plus est, très probablement indirectement via l'ETAT-INFERNAL autoproclamé « ETAT-PROVIDENCE » qui refuse de maigrir malgré la prescription populaire confirmée sans cesse dans les urnes depuis 1969, que ses 574 affidés de l'Assemblée Nationale sur 577 rebaptisent : « populiste », avec un mépris inacceptable…

2) http://sdw.ecb.europa.eu/reports.do?node=1000003501 stats monétaires brutes non corrigées cvs-cjo exprès choisies par moi.


3) Dans l'ACTUALITE ECONOMIQUE MONETAIRE : ECO 3 :

ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

« Le RETOURNEMENT prévu du sablier monétaire !… »

Comme tout le monde le sait, lorsque le haut du sablier est vide, il faut le retourner. Entre deux retournements le temps calibré s'est écoulé. Eh ! Bien, ce temps d'un siècle et demi environ depuis l'invention de la monnaie papier moderne et depuis seulement 34 ans de la monnaie scripturale moderne, devenue électronique depuis l'imposition forcée de l'Euro dans les échanges, est écoulé. La dernière mutation des virements SEPA, après les vieux SWIFT et TARGET des années soixante et soixante dix, annonce le naufrage du Titanic monétaire occidental. Il n'y a plus de parois anti-submersion, la coque est ouverte.

La technique, découverte il y a des millénaires, développée modérément et très mal vue, jamais acceptée des Peuples occidentaux depuis JOHN LAW, dite des « LOANS MAKE DEPOSITS », a permis aux Etats de multiplier énormément la quantité de monnaie, pour eux d'abord, disponible. Le vice est qu'elle ne peut être créée que par… et résider… chez les banques : ce fut la monnaie scripturale avec d'abord une base papier convertible en Or et en Argent, puis plus convertible du tout, donc en cours forcé. L'arrivée de l'immatérialité électronique ne change rien à l'affaire car la base est toujours là, obligatoire, qui rend visible le terrible « Pot au… Noir » !

C'est là que j'ai lu cette excellente image suggérée par « The REAL ASSET Co » reprise sur 24HGOLD le 12 Juin dernier : « le Titanic a entraîné avec lui le naufrage de l'étalon-Or. Un survivant dit avoir perdu 400 Souverains d'Or… En 1912, tout ceux qui voyageait savaient pouvoir disposer, avec leur Or ou leur Argent, d'un pouvoir d'achat conséquent n'importe où dans le monde, et bien sûr, en Amérique. La liberté de transporter son Or et la parité fixe avec le dollar papier le leur garantissait ». Je rappelle ici que le supposé officiellement si vilain HITLER et son Gouvernement si méchant NAZI a autorisé les Juifs qui le souhaiterait à s'expatrier avec 2.000 Marks-Or ! L'article ajoute : « le dollar et la Livre Sterling, monnaies aussi sûres que l'Or en 1913 ont de nos jours perdu 98 % de leur pouvoir d'achat » ! Citant Byron KING, l'auteur rappelle, je résume, que les passagers du système monétaire scriptural et fiduciaire actuel n'auront pas plus de bateaux de sauvetage que n'en eurent les passagers du Titanic, car le système actuel, est vendu à tous comme insubmersible. A l'instar du grand paquebot, le système monétaire ne dispose que de trop peu de bateaux de sauvetage. Poussant la métaphore, il compare les stewards et l'équipage employés par la WHITE STAR LINE aux banquiers centraux actuels qui ne sont ni préparés eux-mêmes ni donc capables d'oser préparer les Peuples au naufrage général de leur si peu magnifique paquebot.  

Conclusion d'ECO 3 : La conclusion monétaire m'est offerte par cette politique à court terme, rappelée par 24H GOLD, qui a permis les plus grandes guerres mondiales jamais connues par l'Humanité. Cette politique de la monnaie facile en quantité supposée « illimitée » qui a relégué officiellement l'Or au rang de « relique barbare » dans mes cours de l'Institut Technique de Banque en 1970-1973. Il semble bien qu'après le naufrage de la quasi-totalité des PIB occidentaux au moins, la récession ne laissant que des gens nus financièrement, la « relique » n'apparaisse plus du tout barbare et que les peuples reprennent l'habitude d'une « bonne monnaie », concrète, de bon aloi avec laquelle personne ne pourra plus tricher pour s'approprier des fortunes et fabriquer des guerres aux détriments de tous les peuples de la Terre. Il se pourrait bien que le retour resplendissant de l'ECU d'OR au Soleil, ramène enfin la paix et la JUSTICE !



Ma Conclusion Générale du Jour : est que le retournement du sablier va ramener la PAIX en même temps qu'un système monétaire concret donc honnête. En somme : VIVE le VIDE du haut du sablier scriptural ! Vive l'abandon du système monétaire escroc euro-occidental inauguré comme fiduciaire, développé par les banques centrales en scriptural, puis en électronique ! Vive le retour du bon sable d'Or et d'Argent en haut du Sablier !… Nous y gagnerons en PAIX mondiale et en stabilité économique ce que les banques y perdront en pouvoir financier abusif au service des Etats-Providence totalitaires et guerriers.